C'est la beigne des gosses de riches, enfin des gosses de pays riches, c'est vrai qu'on en prescrit plus au Massachusset qu'au Soudan...

En France ça commence à arriver et comme les antidepresseurs ça fout la trouille à la profession, c'est vrai quoi, notre fond de commerce c'est quand même l'emmerdeur.

L'instit, quand on lui dit qu'on est surbooké et qu'on pourra pas prendre la petite fille inhibée du fond, y se fait une raison, mais si on lui refuse le suivi immédiat de "kévin fan de tuning qu'on n'a pas été formé pour des gamins pareils et qu'y en a de p'us en p'us ma pauv' dame avec les divorces et la drogue et les parents démissionnaires" alors là c'est direct téléphone à la psy du RASED (c'est la chef, faut pas le dire mais c'est ce que croient tous les psys de tous les RASED) pour pleurer que le monsieur du G il est toujours méchant avec nous... Pis même que quand je le prends le Kévin, à l'instit je lui dis toujours "qu'en relation duelle et s'il est mis en confiance, son attitude est empreinte d'un respect que je sais sincère" mais ça, c'est juste pour le faire chier...

Et puis vla qu'un jour les Kévinophilles se rendent chez le neuro psy du coin, enfin après six mois un an d'insomnie, qui d'un oeil professionnel repère immédiatement l'emmerdeur patenté qui sommeille en leur fils... on l'appelle un hyperactif, les parents sont heureux : on en a parlé chez Delarue... Il leur prescrit de la ritaline et voila ti pas ma bonne dame que le Kévin, y se met à p'us répondre au maitre, le chat de la maison commence (doucement) à redescendre du haut de l'armoire où il s'était refugié depuis que l'enfant prodigue avait décidé de le repeindre en bleu, et le Kévin y demande à changer de prénom, désormais on l'appelera "Laurent", bon c'est pas encore terrible mais ça ira...

Alors voilà le maitre qui se découvre une vocation de pourfendeur de la chimie et des neurotransmetteurs synthétique et qui tel un José Bové de l'inconscient part en guerre contre la "camisole chimique" et les parents prêts à "droguer" leur enfant "qui n'est plus qu'un légume" pour avoir une paix qu'ils n'ont pas mérité les pleutres ! et qui me demande de rencontrer les parents histoire de les culpabiliser un p'tit coup.

Pour un peu ce serait le seul à regretter le Kévin d'avant, d'autant qu'on est en fin d'année et qu'il aurait bien aimé qu'il aille un peu faire ch.. mademoiselle Pons du CM1 qui fait rien qu'à dire du mal des CE 2 quand ils arrivent au début septembre, comme quoi qu'ils sont mal élevés et tout et tout...

N'empèche, moi j'aimerais bien pouvoir la prescrire la ritaline... sauf que j'ai pas le droit, alors je continue de conseiller le coup de pied au cul !