Kévin est possédé.
Non, sans blague, à part ça j'vois pas...

Aujourd'hui il me parle et je comprend rien, me d'mande si y s'est pas mis à causer à l'envers, comme dans le film l'exorciste... déjà qu'en plus de la morve au nez, il a toujours  un discret filet de bave qui le relie à la table.

Discrètement j'y tourne autour histoire de voir si par hasard sa tête elle pivoterais pas sur 360°, température de fusion diabolique s'il en est... Mais non, il se trémousse en couinant "On noue à chachach ! On noue à chachach ! oh mouiiiiii" mais moi je sais bien que parfois, que dis-je parfois : souvent, souvent donc, le diable revet les avis du benêt afin d'attirer l'innocente brebis en ses filets ( l'innocente brebis, c'est moi, suivez un peu !)

L'air de pas y toucher, je progresse discrètement vers l'étagère "Mozart enfant",  ainsi nommée en hommage aux valeureux objets survivants qui ont à un moment donné de leur existence servi à produire des sons qui s'il n'étaient harmonieux se distinguaient du beuglement primitif des Kévins en tout genre. Las, il ne reste plus de ce temps béni où la musique adoucissait mes trolls qu'un tambour crevé, un kazou et deux baguettes que je  m'empresse de saisir et avec lesquelles je me fabrique vite fait bien fait une croix que n'aurait pas renié Jean-Paul II.

- ah HAAAA ! Sors de ce corps Lucifer, montre moi ton visage et crains mon courroux !

- OH mouiiiii ! On noue à la gagare ! noui noui !

- Fiente de porc ! Par le saint sépulcre, redonne à cet enfant parole humaine ! Prend garde Satan, ma colère est divine et ça va chier !

- Hi Hi Hi mais gu'èze du di laà ? N'ai la crouill'ma !

Visiblement, la croix ne suffira pas.

Heureusement j'ai toujours sur moi un exemplaire des "belles et bonnes réformes de l'Education Nationale", que je brandis tel le Livre en récitant la litanie des Maîtres : "Darcooos ! Fillon ! Robien ! Ferry ! Allègre ! Lang ! Bayrou ! Jossssssssssspin ! ... jusqu'à Louis Gaspard Amédée Girod de l'Ain ! ( ministre de l'instruction publique du 30 avril au 11 octobre 1832, il marqua l'histoire par le scandale de... aaaaaaarrrrrgh !!! ...dont on ne parle toujours pas aujourd'hui...)"

Kévin met la main à la poche... Oh mon dieu, je le savais, c'est la fin... Voilà, adieu mes amis, mes enfants, mes fidèles lectrices et mes indéfectibles lecteurs... ce blog va se terminer si vite avant même d'avoir recueilli les nombreux commentaires élogieux qu'il méritait et que vous ne vous pressez pas de laisser bande de fainéants... (heu... même des insultes... ou des dons en espèces... un dessin ? une p'tit'chanson... vous pouvez... )

Je vais partir la tête haute, victime de ce monstre, ce délinquant en puissance, qui sort fébrilement...

...un kleenex ?

et qui se mouche.

Dans ma salle.

Sous mon nez !

Le porc !

Il le sait pourtant que je supporte pas le moindre bruit organique du genre pet, mouchage ou discours d'investiture !

Et puis c'est pas un p'tit blob, non, c'est de la grosse commission nasale, ça doit bien faire trois jours qu'il était plein, d'ailleurs ça commence à déchirer son mouchoir en papier et dégouliner entre ses doigts. Le son produit est énorme, éléphantesque, niagara ! (les chutes pas le groupe)

J'éloigne tout ce qui est fragile ou qui ressemble de près ou de loin à du tissu, les marionnettes, mon manteau, les peluches...

- Bon, ça va mieux, on joue à quoi maintenant ?

- à rien, c'est l'heure. Va, rejoins ta classe et point ne te retourne ! Va, je ne te hais point ! condescende-je, car je suis bon parfois.

- C'est déjà fini ?

- Ben oui, n'oublie pas petit : le cadre rééducatif est constitué par la salle, la pendule et MOOOOOOOOI ! Alors si je dis c'est fini c'est finiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !

- Bon, ça va te fache pas ! A la semaine prochaine alors ?

- Si JE VEUX !

- Allez, détends toi Super, c'est bientôt les grande vacances.

- Je suis détendu et c'est MONSIEUR Super ! Morveux !

- Ok ! OK ! Bon, au revoir M'sieur Super.

- Mmmmm... psychananysè-je, car je maîtrise aussi la langue sacré.

- Heu... C'est tout ? y a pas de chute ?

- Oh ça va hein, c'est la rentrée...