Le lundi, c'est réunion de chantier.
On se réunit tout le Réseau au complet dans le bureau de la mère supérieure comme ça elle pense qu'elle est chef et elle nous fout la paix.
Le réseau ça veut dire les 5 maîtres(ses) E (c'est marrant à prononcer, on dirait le Bayrou des guignols : "les maîtreeeu"), deux maîtres(ses) G (dont un moins majuscule que l'autre) et une psy. (A ceci se rajoute le bureau de notre hôtesse que nous appellerons Brigitte en hommage à l'appartement de Proctor... )

Le café c'est du truc en poudre, mais y a que Démo et moi qui en buvons, les filles (ben oui, vous vous croyez où ? c'est l'éducation Nationale, le pays où la vie est moins chair mais plus féminine) elles dégustent une sorte de tisane lyophilisée approximative à peu près aussi imbuvable mais rose.
Au début, on cause week-end, vacances, mais très vite on se met au travail vu que le ministère y nous paye pas à rien foutre ou alors ça se saurait...

Alors là c'est le bordel, passque chacun y voudrait caser son cas à lui, que c'est vraiment urgent qui faut qu'on en cause de suite sinon ça va rester... Pendant un moment on discute deux par deux mais pas avec son voisin, non, avec celui qu'est le plus loin possible de vous à table, que sinon ça serait moins rigolo. Au bout d'un temps y en a toujours une pour dire "on s'entend plus" et là elles nous regardent Démo et moi comme deux mongoliens pas frais, genre y avait que nous qui rigolaient... bon c'est vrai, souvent y a que nous qui rigolent mais c'est pas toujours vrai. Pas toujours.

Alors aujourd'hui, c'est la rééducatrice qu'a causé preum's.

Toujours soucieux de garantir l'anonymat à mes collègues (et puis aussi un peu à moi à cause que les Inspecteurs c'est pas toujours l'humour qui les étouffe et que même je leur colle une majuscule ça devrait les calmer un peu...) nous l'appellerons Frédégonde.

Frédégonde, donc, a un problème avec un surdoué dépresso-hyperactif, élevé dans une famille de bulots ayant dépassé la date limite de consommation. Il fait rien qu'à embêter sa maitresse à cause qu'il se mutile à grand coup de règle en plastique pendant la lecture, pique des crises en récré quand ses gentils petits copains lui jettent des pierres pour rire et annonce régulièrement (deux fois) qu'il veut mourir.

La mère supérieure surenchérit "oui, je l'ai rencontré, il a l'air triste, en tant que psy je suis inquiète" Oui, passque elle s'inquiète toujours "en tant que psy", alors qu'en tant qu'armoire normande, ça va. Moi, comme un con, je d'mande ses résultats scolaires, "oh ça ? ça va... il serait même plutôt bon... mais vraiment, il est triste."

Avant, il fichait le bazar mais depuis qu'il est sous ritaline, c'est plus cool, enfin quand sa mère au QI d'huitre se décide à lui donner, passqu'elle a un peu tendance à les prendre pour des smarties, ou alors elle considère que son CAP coiffure-pâtisserie lui donne une équivalence en neuropsy et elle fait évoluer la prescription.

Toujours est-il que Régis qui est loin d'être un con, fait peur au point qu'il va rester dans l'école tandis que sa classe part se mettre au vert une semaine. Et là, Frédégonde et la mère supérieure, elle sont outrées ! Et comment que la collègue elle est pas professionnelle, et la mère qui accepte ça (pis même demande un peu à ce qu'il reste à la maison, vu qu'elle a pas envie qu'il fasse la une du journal local...) tiens, sur que ça cache quelque chose ! La mère supérieure, elle l'a toujours dit, même qu'elle a déjà écrit une "note d'information signalante" (je connaissais pas, mais j'ai fait comme si, en fait c'est un peu comme sous Vichy, quand tu pensais que ton voisin il était quasi juif ou assimilé, alors tu le dénonçais pas à la gestapo, mais tu le signalais juste au cas où)

Enfin, maintenant, on sais ce qu'il a Régis : des parents défaillants et dangereux, une instit incompétente, et heureusement un réseau dévoué qui va te lui sauver la mise en moins de deux.

Après ça on a abordé un autre cas, mais c'était une des maîtresses E qui le présentait, alors la mère supérieure et Frédégonde elles zont pas écouté vu qu'c'est bassement matériel la pédagogie... moi, j'ai bien aimé, même que la gamine j'aurais bien aimé la voir... mais j'ai mes principes : si on te demande pas, tu fais pas... si on te demande, attend qu'on insiste... si on insiste, dis donc, c'est pas très bien élevé d'insister non ?

Pour les ceusses qu'ont suivi et qui se demandent : on a rien décidé pour Régis, mais bon, c'est une réunion estampillée Education Nationale, faut pas déconner avec ça, on a respecté les règles de l'art : on a fixé la date de la prochaine réunion qui donnera lieu à une "note d'information progressive, perpendiculaire ou simultanée" selon l'évolution structurelle et/ou comportementale de la famille dans une approche systémique, si il pleut pas.