31 mai 2008

C'est la vie...

Je viens de recevoir en pièce jointe d’un email envoyé par un mien ami (car j’ai des amis, et oui…) un fichier powerpoint me vantant les mérites de la lutte anti corrida avec de jolis taureaux au regard doux, et des chevaux éventrés, et des toréros déchiquetés et la tète alouette. Toute vie est respectable. Certes. Mais d'abord, définissons la vie : est en vie ce qui peut mourir, et ce qui peut mourir, va mourir. C'est à peu près aussi inéluctable que l'ascension fulgurante de Cindy Sanders. A partir de là, l'être... [Lire la suite]
Posté par superreeduc à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

01 mai 2008

P'tit lapin et le gros ours

A la demande générale, et en l'honneur du premier mai et de la fée clochette, voici une historiette édifiante qui aidera vos bambins à reconquérir l'estime de soi dont ils manquent sacrément, pas étonnant avec des parents qui passent leurs soirées à lire les couillonnades de profdézécoleszédécollègeszélycées, au lieu de les bercer en s'émerveillant du moindre renvoi gastrique qu'on appelle communément gazouillis. Or donc, voici la belle et bonne histoire de petit lapin. Petit lapin était, je dis était passqu'il va grandir à la... [Lire la suite]
Posté par superreeduc à 11:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
23 février 2008

petits riens

Au commencement n’était pas la nuit, au commencement n’était rien, ni noirceur ni lumière. Le commencement dura le temps qu’il faut pour qu’il se décide à ne plus être un commencement mais un début. Alors il y eut une nuit. Qui dura. Dura. Dura aussi longtemps que peut durer une nuit quand elle ignore tout du jour qui va venir. Aussi longtemps que met la feuille morte pour atteindre le sol quand elle n’est pas encore détachée de l’arbre. Et puis une zone plus claire apparut, là tout au fond à gauche, une tache de... [Lire la suite]
Posté par superreeduc à 08:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 février 2008

Haruspice le pitbull

Il était né d’une portée de sept, le plus faible. Incapable de saisir une des mamelles maternelles il n’avait du sa survie qu’à Antoine, le fils de Bartholomé. Lui même un peu nouille, il s’était pris d’affection pour la boule de poil brune au regard triste qui n’osait gémir de peur de se faire dévorer par ses frères et sœurs. Haruspice avait grandit, grossi en continuant à se prendre pour un caniche. Antoine le gardait près de lui et lui parlait longuement tous les soirs, il lui racontait ses journées, il lui décrivait... [Lire la suite]
Posté par superreeduc à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]