Lorsque l'enfant parait le cercle de famille fait péter une roteuse, le père de Kévin écrase une larme de joie et vomit sur la toile cirée de la cantine, et tandis que Sabrina se remet doucement des douleurs de l'enfantement en contemplant son œuvre, lui il va aux putes pour fêter l'événement.

Nous pouvons donc, sans désir aucun de heurter les chastes oreilles de nos lectrices fidèles, envisager l'hypothèse que le père de Kévin, que nous nommerons Bryan pour préserver son anonymat et le réalisme d'une situation purement virtuelle et théorique, est un con.

Si, c'est possible.

Il existe sur terre et parfois même proche de nous, un certain nombre de ces individus que nous pouvons sans hésiter classer dans la grande famille des cons.

Ainsi parlera-t-on des vieux cons quand on est jeune et des jeunes cons dès qu'on atteint la date limite de péremption au delà de laquelle mademoiselle Lulu de la rue des soupirs n'hésite pas à surfacturer la consommation.

Mais un jeune con, c'est allons, 13- 14 ans minimum, l'adolescence boutono-branleuse, où le lecteur MP3 greffé sur l'oreille Kévin se perce les furoncles pendant les cours de musique en reluquant lourdement la poitrine naissante de Sandy...

Alors je me pose la question, est-ce vraiment purement hormonal ? où y a-t-il quelques pré-requis, quelques discrets prémisses de connerie chez le jeune enfant de primaire, de maternelle voire de crèche ?
Y a-t-il des bébés cons ?

Il m'est arrivé, à mon corps défendant, de devoir recevoir une maman chargé de son vagissant fardeau, passque "vous comprenez, y a personne pour me le garder, à part qu'y aurait bien Yasmina la voisine, mais elle a déjà six enfants et puis, ces gens là, on sait pas trop comment il les élèvent et moi, j'ai pas envie que mon Steven ou mon Kévin y z aillent finir terroriste en Afghanistan... hein, vous comprenez ? (tu penses si je comprends, moi qui depuis trois mois essaie d'inculquer les rudiments de la latéralité au jeune Kévin (8 ans), je comprends que bouffer un couscous avec la main droite et se torcher le cul avec la gauche  ça pourrait l'aider, mais ma bonté et ma pudeur naturelle m'interdisent de le souffler à Sabrina...(je me rends compte à la relecture, car oui, je me relis, que cette explication sommaire mais juste, du coté impur de la main gauche peut heurter nos amis de confession musulmano-hindoue, bref toutes les religions où le coté gauche est impur à cause qu'à force il sent quand même un peu la merde, et c'est pas du racisme mais du constat, j'ai pas attendu d'avoir un cancer pour me foutre des malades, je compte pas me convertir avant d'égratigner les musulmans))

De toute façon toute son attention est canalisée par l'odorant Steven qui a su très vite s'emparer d'un marqueur bleu et qui tente un tatouage du sein droit de sa mère en bavant copieusement sur son chemisier en soie sauvage de chez Lidl, tandis qu'elle pousse de petits gloussements aigus qui me semblent signifier, "excusez le, c'est tellement mignon à cet âge..."

Non.

C'est pas mignon du tout.

ça bave, ça pue, ça bouffe tout ce qui traine, c'est pas foutu d'apprécier Céline (pas Dion hein ? le vrai...), ça ne fait pas de sudoku et surtout ça grandit.

Les bébés sont des cons. Tous.

Sauf les miens qui étaient adorables et avaient la décence de nous laisser dormir, il faut dire qu'ils étaient bien élevés, eux, et que nous avions exceptionnellement autorisé la nounou ramené en fraude et à prix d'or d'Éthiopie à dormir dans leur chambre afin de lui éviter de parcourir dans le froid les interminables couloirs du manoir familial où nous avions tenu à faire grandir notre progéniture. (il fallait voir la reconnaissance sur le visage de cette jeune fille dont j'ai oublié le nom, l'émotion et la gratitude se lisait tant sur son petit visage, qu'un instant je me suis demandé si nous n'allions pas demander sa régularisation.)